Vous êtes ici : Accueil > Actualités > AMBER / VLTI passe à la 3D
Publié : 1er février 2011

AMBER / VLTI passe à la 3D

Chers collègues,

Veuillez noter qu’un communiqué de presse conjoint entre le CNRS, l’ESO et l’institut Max-Planck vient de paraître à propos d’un article récemment paru dans A&A : "Imaging the spinning gas and dust in the disc around the supergiant A[e] star HD 62623" .

Ce papier décrit des images à très haute résolution angulaire (à l’échelle de la milli-arcseconde) et à très haute résolution spectrale (R=10 000) de cette étoile supergéante chaude qui héberge dans son environnement proche un disque de gaz et de poussières. Nous avons utilisé une nouvelle technique pour l’interférométrie optique, similaire à l’autocalibration en radioastronomie, pour reconstruire un cube d’images de cette étoile (d’où le "3D" du titre de l’email). Cette nouvelle technique décrite dans cet article améliore la qualité d’image par rapport à la reconstruction d’images "classique" (utilisant la clôture de phase) car elle se rapproche d’une situation d’imagerie à référence de phase à un certain point de l’algorithme.

L’image résultante montre de nombreuses information sur le disque de l’étoile HD 62623 : le bord interne du disque de poussières est clairement résolu, de même que le disque de gaz, visible au centre. Les images dans la raie d’hydrogène Brackett Gamma en émission montrent clairement que le disque est en rotation, tandis qu’une cavité interne, juste autour de l’étoile centrale, est détectée. L’hypothèse la plus probable est que le disque est en rotation Keplerienne. La conclusion de ce travail est que le compagnon stellaire, invisible ici et indirectement détecté précédemment, doit être présent dans cette cavité, et est nécessaire pour expliquer la formation d’un disque stable autour d’une étoile supergéante chaude.

L’article A&A correspondant peut être lu ici.

Tandis que les communiqués de presse peuvent être lus en suivant ces liens :

- CNRS (Français)

- Max-Planck (Anglais)

- ESO (Anglais)

Bien cordialement, F. Millour, A. Meilland, et tous les co-auteurs